Les 15 raisons de voter Najat

Les 15 raisons de voter Najat Vallaud-Belkacem auxquelles vous n’avez pas pensé,

par Bernard Cazeneuve

Verbatim du 30 mai 2017 à Villeurbanne

via GIPHY


Bernard Cazeneuve : « La candidature de Najat… par Najat-Belkacem
1

« Les familles qui avaient fui les persécutions du régime de Daech ou le régime de Bachar El Assad devaient bénéficier de deux repas par jour, d’une protection médicale, d’un apprentissage du français. Jean-Paul Bret l’a fait de façon remarquable et je voulais le remercier du fond du cœur. »

2

« J’apporte un soutien total et enthousiaste à une combattante, à une militante, à une femme engagée, qui dans l’exercice de la responsabilité gouvernementale a suscité mon admiration au cours des cinq dernières années. »

3

« Najat, c’est un profil. C’est un visage, c’est une manière d’être en politique. Elle a un parcours personnel exceptionnel. Ce qu’elle a décidé de faire, elle l’a fait par elle-même en raison de ses qualités, de ses goûts, de ses capacités intellectuelles. Elle l’a fait avec la détermination qui la caractérise en toute chose. »

4

« Najat a réussi à exercer dans l’Etat les plus hautes responsabilités, sans oublier jamais ceux qui lui avaient fait confiance dans le territoire dont elle était l’élue. »

5

« Ce que j’aime chez elle, c’est la très grande fidélité forgée dans le temps à ceux qui vivent ici à Villeurbanne et qui y travaillent et qui a été dans de nombreuses occasion, y compris face à moi, une porte-parole fidèle et déterminée. »

6

« Il n’y a pas de vrai politique là où il n’y a pas ce vrai engagement, cet enracinement, cette fidélité à ceux qui vivent sur les territoires et qui votent. »

7

« Pour la volonté qu’a Najat de représenter Villeurbanne autant que des valeurs, et dans l’engagement qu’elle a mis depuis longtemps à bien le faire, il faut lui faire confiance et voter pour elle. »

8

« La nouvelle politique consisterait donc à pouvoir, à la dernière minute, à quelques semaines d’une élection, venir sur un territoire dont on n’est pas issu. Pour pouvoir ravir une circonscription à une femme jeune, qui a témoigné de la fidélité à ses engagements. Pour moi, la nouvelle politique, la sincérité en politique, c’est Najat Vallaud-Belkacem. »

9

« A toutes celles et à tous ceux qui ont eu son parcours, ou qui aspirent à l’avoir et qui se reconnaissent en elle parce qu’ils sont fiers de ce qu’elle a fait, à tous ceux qui ont des convictions, des principes et des valeurs, et qui pensent que la politique a aussi quelque chose à voir avec les convictions qui s’enracinent dans un parcours, une culture, je dis que la candidature de Najat est celle qui a du sens pour les Villeurbannais. »

10

« Najat n’est pas une femme commode. Je l’ai eu comme interlocutrice au gouvernement. Quand elle veut quelque chose, elle se bat pour l’avoir. Elle est capable d’utiliser toute la force de ses convictions, toute la magie de son verbe, pour emporter le morceau. C’est aussi ça la politique pour représenter un territoire. »

11

« Etre une bonne députée, c’est être capable de se battre jusqu’à la dernière minute pour obtenir ce dont les citoyens ont besoin. Ce n’est pas tout à fait comme saisir les chemins les plus courts, ceux de l’opportunisme. Najat a été une jeune ministre talentueuse et exceptionnelle dont je comprends qu’elle puisse susciter quelques jalousies, mais la jalousie n’est pas un joli sentiment dans la vie politique. »

12

« Ma conviction est qu’elle gagnera cette élection législative. Dans les jours qui viennent, cette combattante va montrer ce que la politique peut produire de meilleur quand il s’agit de convoquer les convictions et ce qu’on a de plus sincère au fond de soi-même pour rassembler le plus largement possible, avec des convictions et des valeurs. »

13

« S’il n’y a pas de députés de gauche pour faire en sorte que ce quinquennat réussisse, et que tout ce que nous avons fait ne soit pas détruit, et que tout ce qui reste à faire soit bien réalisé, alors ce quinquennat ne sera pas celui que nous espérons. Najat doit y contribuer depuis Villeurbanne. »

14

« La gauche est plus belle lorsqu’elle confronte ses espérances et ses idéaux avec le pouvoir. C’est difficile d’exercer le pouvoir, lorsqu’il faut maintenir l’unité et l’indivisibilité de la nation et qu’il y a des attentats et des irresponsables politiques qui essayent de semer partout le ferment de la division, de la haine et de l’antagonisme. »

15

« La droite et la gauche, ce n’est pas la même chose. Parce quand on supprime 80 000 postes dans l’EN et qu’on en crée 60 000, ce n’est pas la même chose du tout. Quand on supprime 13 000 postes dans la police et dans la gendarmerie et qu’on en crée 9 000, ce n’est pas la même chose. »⁠⁠⁠⁠

 

error: Content is protected !!